Recherchez

Programmes d'inspection : Impacts sur la maintenance préventive et la maintenance prédictive

Il existe plusieurs techniques et programmes d'inspection pour détecter les défauts et prévenir ou prévoir les pannes et les défaillances. Andy Page, directeur du groupe de formation d'Allied Reliability, a écrit un articleintéressant, intitulé "Maintenance préventive vs maintenance prédictive" traitant de ce sujet.

« Depuis quelque temps, une confusion considérable règne sur la manière appropriée d'inspecter la présence d'un mode de défaillance donné. Devrais-je effectuer un type d'inspection sensorielle ? Devrais-je effectuer un certain type d'inspection quantitative ? Dois-je appliquer une ou plusieurs technologies de surveillance de l'état ? Dois-je appliquer une combinaison de ces techniques pour maximiser la probabilité conditionnelle de trouver le défaut ?

Essentiellement, comment puis-je identifier la présence d'un défaut de manière à maximiser le temps dont dispose mon service de planification pour élaborer de manière efficace et efficiente les procédures de travail, commander les pièces, planifier et réaliser le travail avant que la probabilité conditionnelle de défaillance ne devienne trop élevée ? Une explication des types d'inspections et de leur complémentarité contribue grandement à clarifier celles qui sont les plus appropriées.

Inspections sensorielles

Les inspections sensorielles ont longtemps été considérées comme l'épine dorsale de tout bon programme d'inspection. On pensait que le fait d'envoyer quelqu'un assez souvent pour inspecter les problèmes des machines permettrait d'identifier les défauts suffisamment tôt pour limiter efficacement les temps d'arrêt non planifiés. L'inspecteur utilise la vue, l'ouïe et le toucher pour déterminer si quelque chose a changé depuis la dernière inspection. Tout changement est enregistré, signalé et examiné par un artisan lors de la prochaine interruption de service prévue.

Bien que l'envoi d'une personne pour effectuer des inspections présente des avantages considérables, cette stratégie comporte tellement de lacunes qu'elle ne devrait jamais être considérée comme l'épine dorsale du programme d'inspection. Les inspections sensorielles n'identifient généralement que les problèmes les plus évidents et les plus graves. Il est pratiquement impossible pour une inspection sensorielle d'identifier de manière précoce les défauts internes des machines.

Les inspections sensorielles améliorées remplissent cette zone grise. Elles sont à la fois une inspection sensorielle et une mesure quantitative avec des caractéristiques de surveillance de l'état. Ces inspections utilisent des instruments tels que des radiomètres, des lampes stroboscopiques, des stylos vibrants portatifs et de simples ultrasons pour détecter les défauts qui se trouve plus haut sur la courbe P-F. Bien que ces outils multiplient la puissance des sens humains, ils ont leurs limites. Ces outils simples permettent de détecter différents modes de défaillance, mais ils ne doivent pas remplacer un programme complet de surveillance de l'état.

Inspections quantitatives

Les inspections quantitatives peuvent fournir des informations utiles lorsqu'il s'agit de générer des données pour établir des tendances et déterminer la durée de vie caractéristique d'un mode de défaillance. Les inspections quantitatives nécessitent que quelqu'un mesure quelque chose. Les inspections quantitatives les plus courantes consistent à mesurer la température d'un joint d'étanchéité sur une pompe ou à mesurer le jeu de la plaque arrière sur une roue de pompe. Ces mesures fournissent des données au planificateur et à l'ingénieur et aident à déterminer la nécessité d'une action de maintenance supplémentaire.

Lorsqu'elle est conçue correctement, une procédure d'inspection quantitative détaille les limites et les mesures typiquement attendues. Toute inspection qui nécessite que quelqu'un mesure quelque chose doit comporter les valeurs minimales, maximales et typiques, avec des tâches conditionnelles définies en cas de dépassement des limites. Mais une inspection quantitative effectuée à la fréquence d'inspection appropriée aura rarement une mesure qui dépasse les limites.

Maintenance conditionnelle

La surveillance conditionnelle, également connue sous le nom de maintenance prédictive (PdM), est l'application de technologies de surveillance basées sur l'état, le contrôle statistique des processus ou les performances des équipements dans le but de détecter et d'éliminer rapidement les défauts des équipements qui pourraient entraîner des temps d'arrêt non planifiés ou des dépenses inutiles. Et, en règle générale, vous devez effectuer cette opération pendant que l'équipement fonctionne normalement, avec peu ou pas d'interruption du processus. L'objectif de ces outils (analyse des vibrations, thermographie infrarouge, analyse du circuit moteur, etc.) est de trouver des défauts qui ne pourraient pas être détectés par les méthodes d'inspection précédentes, en particulier lorsque la machine est en fonctionnement normal.

L'utilisation de la technologie disponible permet d'évaluer avec précision l'état des pièces et la présence de défauts jusqu'alors impossibles à détecter. Un exemple de l'avantage que présentent ces outils dans le domaine des inspections quantitatives ou des inspections sensorielles est l'utilisation de l'analyse des vibrations pour déterminer la présence d'un défaut sur un roulement à éléments roulants. Auparavant, les mécaniciens et les mécaniciens de chantier se basaient sur des « contrôles de levage » pour déterminer le jeu d'un roulement. Malheureusement, cette technique n'est valable que pour les défauts de roulement qui ont entraîné l'enlèvement de matière dans les chemins de roulement ; ce roulement serait bien mal en point s'il présentait des millièmes de pouce de jeu. La fatigue sub-superficielle est facilement visible grâce à l'analyse vibratoire et à ce stade de la propagation de la défaillance, il n'y a pas eu d'enlèvement de matière dans les chemins de roulement. Il s'agit de l'exemple le plus courant des avantages des technologies de surveillance de l'état.

En résumé, il existe différents types de techniques d'inspection des défauts qui peuvent être appliquées à une machine, et chacune a ses avantages et ses inconvénients. Cependant, ces techniques ne sont pas nécessairement des substituts exacts les unes des autres. Chacune détermine la présence du défaut à différents endroits de la courbe P-F et, par conséquent, chacune donne à la fonction de planification un temps différent pour réagir au défaut.

Une analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité (AMDEC) peut vous aider à déterminer quelles techniques d'inspection doivent être appliquées, à quelle fréquence et avec quel degré de redondance. N'oubliez pas que l'astuce consiste à trouver un équilibre entre le risque et la rigueur. Le risque que vous êtes prêt à prendre pour un mode de défaillance donné et le prix que vous êtes prêt à payer pour l'inspection déterminent la stratégie appropriée.

Andy Page est le directeur du groupe de formation d'Allied Reliability, qui dispense des formations sur des sujets liés à l'ingénierie de la fiabilité, tels que l'analyse des causes profondes, la maintenance axée sur la fiabilité et la maintenance conditionnelle intégrée. Il a passé 15 ans dans le domaine de la maintenance et de la fiabilité, occupant des postes clés chez Noranda Aluminum (ingénieur de maintenance) et Martin Marietta Aggregates (responsable de la fiabilité des actifs). Andy a un diplôme d'ingénieur de Tennessee Tech et est un professionnel certifié de la maintenance et de la fiabilité (CMRP) par le biais de la Society for Maintenance and Reliability Professionals (SMRP). »

Nous sommes reconnaissants à Reliableplant.com qui nous a autorisés à publier cet article précieux.

Pour plus d'informations, contactez-nous.

Retour en haut de page